Archives du mot-clé tris sélectifs

NO MAD FESTIVAL 4, IPhone, cette invention du Diable – Rencotre : Olivier Föllmi et Jean-Marie Hullot

NO MAD FESTIVAL 4, IPhone, cette invention du Diable

Réalisation de Malay PHCAR

Rencontre
Olivier Föllmi et Jean-Marie Hullot

C’était un moment de partage exceptionnel avec Olivier Föllmi et Jean-Marie Hullot sur leur bouleversant pèlerinage au coeur des nuages blancs, autour du Mont Kaïlsah(Tibet).

Jean-Marie Hullot : En fait, quand je travaillait justement c’est quelque chose que j’ai essayé de faire passer aux états Unis, parce que je pense ce qu’ils ont un vrai problème ses gens travaille tout le temps, et qui ont pour but de faire de l’argent, c’est que progressivement en fait ils s’assèchent.
Et je disais toujours à Steeve Job « si tu veux… tu fais une grave erreur, parce que en fait t’es, t’es quelqu’un une espèce de maque ness qui a arrive à entourer… de faire entourer des gens qui sont des meilleurs du monde… pour faire ses trucs informatiques…et tout le bazar. Mais simplement, ce n’est pas forcement toi, l’environnement aussi elle les pressent, elle, elle les pressent, les pressent, les pressent, les pressent, et puis ne prennent jamais les vacances les gens. Résultat, au bout d’un certains moments ils sont asséchés; et l’asséché en plus comme tu fais toujours la même chose, eh beh c’est comme les fleuves ça creuse des sillons dans le font de ton cerveau, et après tes pensés ne passent plus que par là; et résultat t’es plus créatif tout ses gens qui sont créatifs à l’origine, ils ne le sont pas et mais la bonne solution je disais la bonne dit leurs d’aller prendre trois mois de vacances. Tu vois, et puis moi de tout façon pour c’était le deal quand je suis venu, ok, je veux bien je peux partir comme je veux. Régulièrement je suis disparu. On s’est bien entendu dès le départ, il a compris qu’on était différent. (…) c’est un voyage comme celui-ci permet de se libérer complètement son esprit.

Olivier Föllmi : (…) Je pense personnellement que le Chine qui est un pays extrêmement développé, plus que nous, et qui sont très vigilant sur ses questions là, maintenant. ça n’a plus rien avoir qu’il n’a trente ans. Par-contre qu’il y a une consommation invraisemblable; donc qui génère forcément une pollution; par contre il y a quand même qu’il y a des démarche intéressant c’est d’ailleurs quand je suis revenu en hiver, dans l’est du Tibet c’était pour aller rencontrer des villages qui sont engagés dans des déchets zéro. Donc des villages qui n’ont accès à la grande consommation de la ville, qui avait quand même l’accès à la consommation; parce que tous les tibétains villageois ont leur IPhone, tous les tibétains sont noyés de IPhone ! Sans s’ accuser personne… et leurs voitures…voilà… Le Tibet s’est enrichi. Malgré tout ce n’est pas la grande consommation des grandes villes. je trouve extrêmement intéressant, c’est pourquoi je vais dans ses villages des villageois des associations tibétaines se mobilisent pour créer des notions de déchets zéro. Vous voyez il y a… C’est étonnant, des pays qui ont des retards qui ont donné un départ…qui ont sauté une étape.

Jean-Marie Hullot : A Lhassa tous les motos, les deux roux sont interdits, sauf s’ils sont électriques.

Olivier Föllmi : (…) Il y a déjà une étape qui est plus loin que la notre. Nous, nous on a déjà nos tris sélectifs,… enfin quand vous allez en Suisse, ça nous fait rigoler notre notion de tris sélectifs parce que en Suisse vous avez quinze poubelles en fonction de …

Question : Au Tibet, il y a pas de centrale nucléaire, il y a une différence de nos pays…

Jean-Marie Hullot : Il y a énormément d’énergie solaire, panneaux solaires… Mais cependant il faut faire attention à un truc par apport à ce que vous disiez que des déversement de truc nucléaire, un des problème aujourd’hui est qui est au Tibet et qui est dans toutes les régions adjacentes, euh …c’est lié à l’énergie électrique… C’est les batteries , et pour récupérer le lithium, c’est un travail de cochon; et qui est un désastre pour l’environnement. Et le Tibet est intéressant pour les chinois parce qu’ils trouver du lithium. Et donc là, c’est un notre débat. Le débat environnemental, euh… il résolve une partie mais ça se déplace vers ailleurs…mais ça fait partie de tous les problèmes écologiques.

Le No Mad Festival double ses fréquentation à chaque année, Laétitia Santos, fondatrice, est satisfaite, malgré qu’il y a la concurrence de la coupe du monde de football, il y a eu une bonne fréquentation, les gens s’approprient le festival.

Luc Rimbault, directeur de l’office du Tourisme de Cergy-Pontoise est l’un des acteurs qui voudra voir le No Mad Festival rayonne au delà Cergy-Pontoise.