Archives pour la catégorie Humanitaire

L’actualité sur les associations humanitaires.

Solidarité avec nos amis népalais

logoGBalbertville

Solidarité avec nos amis népalais

Une proposition du Grand Bivouac

Le Népal et l’ensemble de sa population vivent aujourd’hui l’une des plus grandes catastrophes de leur histoire, dont deux d’entre nous, administrateurs du Grand Bivouac, alors en trek dans la vallée du Manaslu, ont été les témoins directs. Et avec cet esprit « citoyen du monde » qui vous anime et constitue cette belle « famille » du Grand Bivouac, vous êtes nombreux à nous demander aujourd’hui par quels moyens les plus sûrs et les plus efficaces une aide – à la fois d’urgence et à plus long terme – peut être apportée à nos amis népalais.

Aussi, après réflexion, nous vous proposons, si vous le souhaitez, d’effectuer vos dons directement à l’association SAMDO AVENIR dont la fondatrice est Catherine Joriot, une amie française installée au Népal depuis trente ans, par ailleurs responsable de l’agence Glacier Safari Trek, en laquelle nous avons toute confiance quant à la sincérité et l’efficacité de son propre engagement et de celui de son équipe au service des populations locales.

L’intervention de SAMDO AVENIR – dont l’objectif permanent est de contribuer au développement éducatif, sanitaire et économique de communautés villageoises de la vallée de la Nubri menant au Manaslu et très durement touchée aujourd’hui par le séisme – consistera, dans les semaines et les mois qui viennent, à mener deux types d’actions prioritaires : une aide d’urgence en matériel, vivres et soins aux populations de cette vallée ainsi que dans le massif de l’Helambu également très touché, et dans un deuxième temps, une aide à la renconstruction des villages.

Un contact, un geste, une action

Aussi, en vous portant dés maintenant sur le site de l’ONG – www.samdoavenir.org – vous aurez en détail l’ensemble des informations vous permettant d’effectuer vos dons qui, faut-il le préciser, ouvriront vos droits à déduction fiscale (N’oubliez pas, pour cela, parallèlement à vos dons, d’adresser un mail au destinataire pour assurer le lien avec le reçu fiscal de fin d’année).

Le choix que nous vous proposons d’une opération ciblée et spécifique peut évidemment lever des interrogations : pourquoi donner ici et pas ailleurs ? pourquoi auprès de telle organisation et pas telle autre ? Compte-tenu des difficultés à la fois inhérentes aux grandes opérations de recueil de fonds et à la situation administrative et politique locale, nous faisons le choix au Grand Bivouac d’un « circuit court » et le plus efficace possible entre votre propre geste et l’aide concrète et quasi-immédiate aux populations sur le terrain. Associée à d’autres du même type et en complémentarité des opérations plus globales, cette initiative contribuera très concrètement à l’aide que nous pouvons apporter à nos amis népalais.

Enfin, en octobre, lors de la 14ème édition du Grand Bivouac, nous consacrerons un rendez-vous important à un point d’étape de cette action, ainsi qu’à l’analyse et à la compréhension de l’évolution de la situation générale au Népal, en présence des meilleurs spécialistes et de représentants népalais.

Merci d’avance à vous toutes et tous !

Pour l’équipe du Grand Bivouac, administrateurs, salariés et bénévoles

Guy Chaumereuil, président

LA PRISE EN COMPTE DE LA DOULEUR ET L’ACTION HUMANITAIRE

DOULEUR SANS FRONTIÈRE

PREMIÈRE ONG OEUVRANT CONTRE LA DOULEUR

Si la prise en charge de la douleur est devenue pour les pays du Nord une priorité de santé, l’est-elle réellement dans des pays en voie de développement ou dans des pays meurtris par des conflits ou des catastrophes naturelles ?
Dans ces pays où tout est à faire ou à reconstruire, la prise en charge de la douleur peut ne pas apparaître comme une priorité de santé publique. Les réalités de terrain font, qu’il est plus urgent et important de prendre en charge les besoins vitaux ou de santé primaire : vaccination, alimentation, campagne d’information sur le sida, amputation, sanitation, création de puits pour l’eau… Cependant socialement et individuellement, la douleur peut être si invalidante qu’elle interdit ou empêche toutes activités artisanales, agricoles, et professionnelles pour celui qui souffre. La souffrance peut être si intense qu’elle laissera des cicatrices indélébiles. Elle devient une source d’exclusion supplémentaire dans des populations qui sont déjà en grande précarité.(…)

DIRECTEUR NATIONAL – CAMBODGE

Kh 6040

Date de fin de validité de l’annonce : 5 juin 2015
Prise de poste immédiate.
En étroite collaboration avec le Directeur Programme et la Coordinatrice générale, le Directeur National vient renforcer l’équipe en place pour la mise en place de la stratégie de développement. A ce titre, il travaille en étroite collaboration avec l’équipe administrative, médicale et paramédicale sur place et le siège. Il/Elle apporte un soutien à la gestion de la mission dans son ensemble.

Vous trouverez la fiche de poste en cliquant sur le lien qui suit:

Directeur National – Cambodge

 

LE MOT DU PRÉSIDENT

La prise en charge de la Douleur et l’Action humanitaire

Par Alain SERRIE

douleur Sans Frontière_02

http://www.douleurs.org/

ENRICHISSANT – La photographie comme un langage

An Eye For An Eye

Dorothée Adam, réalisatrice et Présidente de l’association An Eye For An Eye

Oliver TOURON et Benjamin Geminel sont Photojournalistes free-lance

Olivier TOURON et Benjamin Geminel sont tous les deux Photojournalistes free-lance
Photo de Malay Phcar

Olivier WEBER, écrivain et Grand-reporter; membre d'honneur de l'association An Eye For An Eye

Olivier WEBER, écrivain et Grand-reporter; membre d’honneur de l’association An Eye For An Eye
Photo de Malay PHCAR/M7France.fr

« La photographie comme un langage, vue par Olivier WEBER »
« A partir d’une photo j’en parle parce que, mon ami Malay survivant des camps de la mort au Cambodge est ici, Malay PHCAR.

Il est dans la forêt Pol Pot, il marche comme ça…vers le ciel, vers le soleil, majestueux avec son bâton. Derrière, il y a le frère n°1, n°2, n°3 Ieng Sary, Khieu Samphan, au milieu il y a un jeune garde du corps, qui a 20 ans et qui va devenir l’un des chefs khmers rouges…

On a montré la photo, c’est très compliqué au responsable khmer rouge qui est toujours en poste là, dans la forêt. Ce n’est plus un rebelle, c’est un général d’armée, grand corrompu.

Evidemment c’était la photo interdite…on a eu des menaces de mort plus que ça, mais on a bâtit tout un…deux documentaires, surtout le deuxième pour France 2, autour de cette photo interdite. C’était comment…Euh, finalement cette photo symbolisait aussi…symbolisait le régime khmer rouge, le Génocide, puis leur impunité aujourd’hui, voilà…

Cette photo pour moi elle est magique, elle est vraiment la liberté guidant le peuple dans le sang, le peuple va se faire massacré par le libérateur…

Retrouvé l’une des photographie, donc c’est la photo nous a permis de dénoncer d’autant plus les khmers rouges aujourd’hui, voilà. »

« La photographie comme un langage, vue par Olivier WEBER »

Olivier WEBER est auteur du livre « Les Impunis« , paru aux éditions de Robert Laffont; et réalisateur de documentaires RETOUR AU CAMBODGE – France 5, France 2 et VOYAGE

LES RUBIS DES KHMERS ROUGES – France 2

M7France : Liberté-Fraternité-Partagée

Olivier WEBER est un écrivain français, Grand reporter et réalisateur de documentaires; il est auteur et réalisateur de RETOUR AU CAMBODGE, documentaire pour les chaînes
France 5, VOYAGE et France 2
LES RUBIS DES KHMERS ROUGES – Documentaire France 2
Olivier WEBER est auteur du livre « Les Impunis », édition Robert Laffont

Jean-Claude Coutausse Photojournaliste, Photographe pour le Monde

Jean-Claude Coutausse Photojournaliste, Photographe pour le Monde

ENRICHISSANT – Hier soir au Café Monde et Médias, Place de la République

Soirée-rencontre – « La photographie comme un langage » http://www.aneyeforaneye.org/

Ils sont écrivains, Grand Reporter, Photojournaliste, Réalisateurs…Ils  sont venus parler de leurs professions, et ils apportent leurs soutiens à l’association An Eye For An Eye – AEFAE

L’association AN EYE FOR AN EYE crée des correspondances photographiques pérennes entre des groupes d’enfants en situation économique, sociale, ou psychologique difficile à travers le monde. La photographie, enseignée comme un langage, leur donne la possibilité de communiquer les uns avec les autres, bien que ne parlant pas la même langue et ne pouvant pas se rencontrer physiquement.

Les enfants sont considérés comme des auteurs. Ils apprennent les techniques de base en photographie, et chaque groupe est parrainé par un photographe professionnel. Les photos prises au cours des ateliers sont le fruit d’une intention exprimée par les enfants photographes dans une démarche de partage avec leurs correspondants. Les enfants travaillent avec un cadre en carton afin de réfléchir à ce qu’ils souhaitent montrer avant de prendre une photo.
Les adultes ne sont que des facilitateurs. Les enfants légendent eux-mêmes leurs photos et les présentent au public lors d’expositions.

L’acceptation de la diversité culturelle est un des grands enjeux du monde actuel. Elle est un des facteurs essentiels de la lutte contre la pauvreté et contre les exclusions, et, plus largement, l’une des conditions pour que s’établissent entre les hommes des rapports sains et mutuellement enrichissants.

Permettre à des enfants d’entrer en contact avec des enfants d’un autre monde que le leur, c’est leur donner le moyen de « sentir » puis de connaître et de comprendre leur propre environnement social et culturel.

Utilisant la photographie comme outil de narration et de communication, le projet AN EYE FOR AN EYE vise à favoriser l’accès à la culture, l’égalité des chances, et à créer du lien social entre enfants de cultures différentes, y compris au sein d’un même territoire. À terme, c’est leur donner le moyen de communiquer et d’échanger avec « l’Autre » par- delà les appartenances.

 

Vélo Solidaire

Vélo Solidaire -Bourse aux Vélos- par M7FranceVélo Solidaire -Bourse aux Vélos- par M7FranceVélo Solidaire -Bourse aux Vélos- par M7France

Vélo Solidaire -Bourse aux Vélos- par M7France

Vélo Solidaire, -Bourse aux Vélos- par Malay PHCAR/M7France

Vélo Solidaire, c’est un reportage de Malay PHCAR, juin 2014

Vélo Solidaire
Organisation à but non lucratif

« Vélo Solidaire est une association qui soutien l’utilisation du vélo. L’association propose des services de réparation, de vente et de location de vélo au travers d’un atelier qui emploie des jeunes en contrat d’insertion. »

« En fait, le souci que nous avons c’est plutôt…eh, je dirais les préparer à une vie professionnelle en général, c’est à dire les horaires de travail, la sécurité, de  s’habituer à être ponctuel, etc.
Donc, de travailler dans des conditions ordinaires, ah, c’est ça que nous essayons surtout plutôt que de les orienter vers des métiers de la mécanique vélo, parce qu’il y a pas beaucoup d’offre; » Michel MASUREL, secrétaire de Vélo Solidaire.

https://www.facebook.com/VeloSolidaire

« On avait toujours eu cette volonté de promouvoir les circulations douces, et je me souviens il y a des années, et à la gare du grand centre, et à la gare de Cergy, on avait mis en place des services de gardiennage de vélos qui ont tous foiré, d’abord parce qu’on n’avait pas de clients, et en plus parce que ça a coûté extrêmement cher (…)
Avec l’évolution qui a été la votre, cette volonté avec les entreprises d’insertion, ne pas considérer que le social ce n’est que des coûts, et il n’y a pas d’efficacité, etc…capable de construire un modèle économique, certes qui ne fonctionne pas tout seul…on suppose un appui de la collectivité des subventions, qui fait que finalement à la fois sur le modèle économique et budgétaire, et derrière encore plus important sur le résultat obtenu, à la raison même de la conception(…)on s’y retrouve. » Dominique Lefebvre, député du Val-d’Oise

« J’espère que progressivement dans toutes les gares nous aurons ce type de services; », Jean-Paul JEANDON, maire de Cergy.

« Il y a plein de difficultés, quand on arrive à ce type de conclusion, beh finalement on est satisfaits; » Elvira JOUËN, maire de Courdimanche.

www.m7france.fr