Archives du mot-clé Livre

LIVRE – Olivier Weber, l’enchantement du monde

Le Prix du Livre Européen et Méditerranéen 2017
est attribué à : Olivier Weber

pour son  roman L’Enchantement du monde (Ed. Flammarion).

Commission Européenne de Paris, hier, Olivier WEBER a reçu son Prix du Livre Européen et Méditerranéen 2017

 Jean-Claude AUGE,délégué général et Olivier WEBER

Les membres du jury sont : Odile Cazenave, professeur de la littérature à la Boston University ; Sheena Chraïbi, veuve de l’écrivain  Driss Chrïbi ; Leïla Monnier, secrétaire générale des journées du livre européen et méditerranéen et écrivain ;  Florence Raut, directrice de la librairie La Libreria ; Jean-Claude Augé, délégué général de l’association ; Yahia Belaskri, écrivain ; Philippe Le Guen, président des Les journées du livre européen et méditerranéen  et directeur de la Maison Jean Monnet.

 

Olivier Weber, l’enchantement du monde

Olivier Weber, l'enchantement du monde Olivier Weber, l'enchantement du monde

Olivier Weber l’enchantement du monde
Un roman d’aventures qui est aussi une parabole sur la tolérance et contre le fanatisme.

1479. Après la mort de sa femme, le peintre vénitien Gentile Bellini est invité à Istanbul pour réaliser le portrait du sultan Mehmet II, protecteur des croyants, Lumière du monde et vainqueur de l’Empire byzantin. Alors qu’en terre d’islam la représentation de l’homme à son image est interdite et qu’Istanbul est secouée par les réformes religieuses et les luttes de pouvoir, Bellini parviendra-t-il à peindre ce tableau inédit ?

Un roman d’aventures qui est aussi une parabole sur la tolérance et contre le fanatisme.

« Pour un islam des lumières » – Colloque au SÉNAT

« Pour un islam des lumières »  

Colloque au SÉNAT

Lundi 7 Octobre 2013

de 14h30 à 17h30

A l’occasion de la sortie du livre d’Olivier Weber, La Confession de Massoud (Flammarion), des écrivains et des experts du monde arabo-musulman s’interrogent: y-a-t‘il encore une place pour un islam des Lumières aujourd’hui, en France et dans le monde?

L’islam n’a jamais été autant décrié, instrumentalisé surtout. Et pourtant l’islam de tolérance existe. Les 1,4 milliard de fidèles dans le monde souffrent du fanatisme exercé par une minorité. Ecrivains, chercheurs et cinéastes se réunissent pour expliquer en quoi l’islam est aussi une religion de la modernité, peut affirmer le choix du progrès et prôner l’égalité entre l’homme et la femme.

Programme

-14h30-14h45: ouverture, par Bariza Khiari, vice-présidente du Sénat

-14h45-15h00: Les espoirs des printemps arabes, par Gilles Kepel, professeur à Sciences Po, politologue, auteur de Passion arabe

-15H00-15h15: De quelques valeurs oubliées de l’islam, par Malek Chebel, anthropologue de l’islam contemporain et historien, auteur du Dictionnaire amoureux de l’islam

-15h15-15h30 : De quelques malentendus sur l’islam, par Tahar Ben Jelloun, écrivain franco-marocain, Prix Goncourt

-15h30-15h45: La spiritualité dans l’islam: l’exemple du soufisme et de Rûmi, par Reza, photographe, lauréat du World Press

-15h45-16h00: La place de la femme dans l’islam, par Mireille Duteil, grand reporter au Point, spécialiste du monde arabo-musulman

-16h00-16h15: Islam de tolérance et islam fondamentaliste, par Barmak Akram, cinéaste franco-afghan, auteur de L’Enfant de Kaboul

-16h15-16h30: Musulman de France, par Abdelkader Djemaï, écrivain d’origine algérienne, président du Prix Amerigo Vespucci, auteur de La Dernière Nuit de l’Emir

-16h30-16h45 : L’islam de France et des banlieues, par Nadir Ioulain, cinéaste, auteur du documentaire Français de souche

-16h45-17h00 : Pour un islam des Lumières, par Olivier Weber, écrivain et grand reporter, auteur de La Confession de Massoud
-17h00-17h30: débat avec la salle.

>Projection en exclusivité de 5 à 10 mn du dernier film de Barmak Akram, Wajma (An Afghan Love Story), primé au Festival Sundance en 2013.

Sénat, Palais du Luxembourg

Salle Monnerville 26, rue de Vaugirard – 75006 Paris

Réservation obligatoire : cajame@flammarion.fr

Les Impunis

LIVRE

LES IMPUNIS

A l’occasion de la sortie du nouveau livre d’Olivier Weber, rencontre à la Scam le 20 février à 19h30, avec Olivier Weber et Malay Phcar, artiste et écrivain cambodgien, survivant du génocide sous le règne de Pol Pot et des Khmers rouges (de 1975 à 1979), échappé des camps de travail, il a raconté son odyssée dans un film, Retour au Cambodge. Il vit aujourd’hui en région parisienne.Olivier Weber

9782221116630[1]

Les Khmers rouges ont régné sur le Cambodge de 1975 à 1979. À cette date, une partie d’entre eux ont dénoncé leurs chefs et négocié financièrement leur liberté. En échange de quoi, ils ont créé dans le nord du pays la « zone de Pailin », l’état de non-droit des anciens Khmers rouges ; ils n’ont jamais été jugés ni inquiétés.
Olivier Weber, non sans risques, enquête dans ce sous-royaume dirigé par d’anciens Khmers rouges et leurs complices et dont le maître est un ex-garde du corps de Pol Pot. Casinos, bordels, trafic de rubis, ils ont construit un état mafieux ou une mafia-état ou chacun sait qui sont les anciens bourreaux qui ont su se reconvertir. Comme souvent dans les zones de « post-conflit » se mêlent les victimes et ceux qui les ont traquées. Ici comme naguère, les relations humaines s’établissent dans la terreur ; ici on boit des bières entouré d’hommes qui ont broyé, torturé, enfermé leurs compatriotes avant de terroriser leur descendance.
Dans cette enclave sans frontière, les tortionnaires d’hier ont acheté la paix en installant une des chambres de compensation des mafias d’Asie. Des millions de dollars gonflent ainsi la masse des deux mille milliards de dollars illicites qui circulent chaque année dans le monde. Recyclage des consciences, recyclage de l’argent sale.
La nouvelle banalité du mal, que n’ont pas atteint les récents procès politiques qui se sont déroulés au Cambodge, se situe aussi dans cette criminalité organisée sur laquelle le monde ferme les yeux.