Archives pour la catégorie Planète Voyage

Comme le Vent !

Le Moineau du Jardin

Le Moineau du Jardin

Réalisation de Malay Phcar et PAP – Novembre 2014

Musique : Jazz In Paris/Media Right Productions, YouTube Audio Library

Le moineau du jardin, c’est un petit oiseau assez trapu, mesurant environ 16 cm de long pour un poids allant de 24 à 39,5 g. Le plumage du Moineau domestique est principalement coloré en nuances de gris et de brun. Le dimorphisme sexuel est très marqué, notamment durant la saison de reproduction, les femelles et les jeunes étant de couleur beige-chamois, et le mâle arborant des couleurs au contraste plus marqué, notamment au niveau de la tête. Wikipédia

Une étude révèle que 420 millions d’oiseaux ont disparu en trente ans en Europe. Près de 90%de cette disparition a été enregistrée chez 36 espèces d’oiseaux communs telles que le moineau, l’étourneau, la perdrix grise et l’alouette.Moineau du jardin, par M7France & PAP

Le Moineau du Jardin, M7France & PAP

Le Moineau du Jardin/Photo : M7France & PAP

Projections de Retour au Cambodge, et La Fièvre de l’Or au cinéma de l’Eden

Olivier Wber, réalisateur de Retour au Cambodge; et La Fièvre de l'Or

Projections de Retour au Cambodge, et La Fièvre de l’Or au cinéma de l’Eden le 14 novembre 2014

Films – On projette RETOUR AU CAMBODGE à l’Eden, le fameux cinéma des frères Lumière à La Ciotat, près de Marseille. C’est aussi le plus vieux cinéma au monde.
Le vendredi 14 novembre à 14 h 30

Retour au Cambodge
un film documentaire d’Olivier Weber et Bernard Crouzet,
écrit par Olivier Weber et Malay Phcar
2005 52′ – avec la participation de France 5, Voyage, France 2 et le soutien du CNC
Après vingt-cinq ans dabsence, Malay, un jeune Cambodgien qui a survécu enfant aux camps de la mort des Kmers rouges, revient dans son pays.
Il a décidé de suivre l’écrivain Olivier Weber, qui tourne un documentaire sur le Cambodge. Tous deux saventurent dans les maquis des héritiers de Pol Pot. Les Khmers rouges, dans leurs fiefs montagneux, demeurent impunis…

A 20h 30
La FIEVRE DE L’OR de Olivier Weber

Soirée spéciale Ecrivain-voyageur dans le plus vieux cinéma du monde, l’Eden des frères LumièreProjection du film La Fièvre de l’Or , Prix Terra Festival, Trophée de l’Aventure, Top Ten des meilleurs films sur l’environnement.

« Edifiant! » Studio
« Remarquable » Ciné Live
« Passionnant! » Le Figaro
« Un témoignage accablant » Le Nouvel Obs
« L’un des pires théâtres de la mondialisation » Figaroscope
« Un documentaire édifiant » Le Figaro Magazine«
«Le cycle infernal de l’or » Libération
« Un désastre humain et écologique » Challenges
« La soif de l’or dans une jungle sans lois » Le Monde
« Le mythe de la ruée vers l’or a du plomb dans l’aile » Le Point
« Le cycle du lingot avec son lot d’endettés, de prostituées, de trafiquants« Première
« Le film rappelle Blood Diamond et Le Cauchemar de Darwin » Zéro de conduite
Olivier Weber dédicacera plusieurs de ses ouvrages…

Contact :04 42 83 89 05 – 06 88 02 24 67

La FIEVRE DE L’OR

Synopsis et détails

L’Amazonie est au coeur d’une nouvelle ruée vers l’or. Pour cette course vers les pépites et les paillettes jaunes, les hommes et les femmes s’enchaînent. Et détruisent l’un des derniers paradis, le poumon de la planète, la plus vaste forêt tropicale du monde, où tout se paie désormais en or.
Un cycle du lingot s’est ainsi constitué, avec son lot d’endettés, de prostituées, de parrains, de trafiquants, que ce soit en Guyane française, au Brésil ou au Surinam. L’or a amené les maladies, le mercure, les crimes, l’alcoolisme, et a transformé les criques et les fleuves en poubelles.
Ce cycle est celui de la destruction de l’homme par l’homme. 300 tonnes d’or sortent chaque année de la forêt et 120 tonnes de mercure y entrent. Un échange inégal, trésors contre poison. Avec en toile de fond de cette catastrophe écologique le trafic d’êtres humains, d’armes et de drogues.
Au coeur de cette jungle sans frontières, le drame des Amérindiens Wayanas, côté Guyane française, pollués par le mercure nécessaire à l’or et voués à une disparition prochaine. Déjà, on constate des malformations chez les enfants, des séquelles neurologiques et des cancers chez les plus âgés. Avec le scandale du mercure, on assiste à un nouveau massacre des Indiens.
Au coeur des ténèbres, le nouvel Eldorado est ainsi devenu l’un des pires théâtres de la mondialisation.

 

Voyage – découverte : Une jeune Francilienne lauréate des Premiers Pas de l’Aventure 2014

 Voyage – découverte
Une jeune Francilienne lauréate des Premiers Pas de l’Aventure 2014

IMG 8695 CopierCamille Szklorz, 29 ans, a été récompensée ce week-end, lors de la 13ème édition du Grand Bivouac à Albertville,  pour son « Cyberconte à l’Africaine ». Ou comment on se raccroche à la Toile…avec des bouts de ficelle.

Et si les  « nouvelles technologies de l’information et de la communication », les si fameuses NTIC, étaient d’abord, dans une bonne partie du monde, une affaire de…bidouille ? A Dakar, on fabrique une imprimante 3D avec des matériaux de récupération de la grande décharge. En Mauritanie, c’est par le téléphone qu’on s’échange et commercialise les données, photos, vidéos. Et  en Guinée, c’est en construisant des centaines de petites cabanes publiques pourvues d’un groupe électrogène qu’on permet à la population de recharger son mobile : en parcourant l’Afrique du Maroc à la Côte d’Ivoire pour comprendre comment on se débrouille avec la modernité…quand on n’y est pas vraiment convié,  Camille Szklorz a sans doute réalisé l’un des voyages de découverte les plus étonnants de ces dernières années.  Présenté le week-end dernier et pour la première fois au public lors de la 13ème édition du Grand Bivouac d’Albertville (*), son récit, « Cyberconte à l’Africaine », – vidéo, diaporama, dessins et commentaires mêlés – a reçu à l’unanimité le Prix des Premiers Pas de l’Aventure décerné, à l’occasion du festival, par un jury présidé par la réalisatrice Véronique Lapied.

« J’ai toujours été fasciné par la capacité de tout un chacun de créer à partir de rien, de la débrouille, de pratiques alternatives » raconte la jeune diplômée des Beaux Arts de Valence. A 18 ans, elle part pour l’Ecosse, l’Italie, « avec presque rien en poche ». Puis, c’est l’Afrique qui l’attire. D’octobre 2012 à septembre 2013, elle la parcourt, du Maroc à la Côte d’Ivoire. Onze mois de périple à vélo, « parce que dans un monde où tout va très vite, c’est un mode de déplacement lent, qui permet de mieux comprendre les territoires et les gens ». Elle en tire le portrait d’une Afrique inventive et accueillante, loin des caricatures ou des peurs d’aujourd’hui. Sur les dangers supposés d’un tel périple, elle témoigne : « Au final, à part une paire de chaussettes volée au Maroc, pas de casse à déclarer. Le plus dur aura été indéniablement de traverser la France : la solitude pesante, les tentatives de vol en bivouac et des villages désertés, à l’inverse d’un Sahel désertique mais habité… ». Elle dit aussi : « l’Afrique a été pour moi l’illustration même du respect de l’autre, une belle leçon de vie ».

Dans les semaines à venir, de son camp de base de Bagnolet (Seine Saint-Denis), Camille va maintenant s’attacher à « finaliser » son récit, peut-être même à travers une version éditoriale. Puis elle repartira. Le 6 novembre prochain, elle aura tout juste 29 ans.

Dossier de presse : à visionner ici

Contact Presse :

Bruno Van Den Driessche, directeur, bruno@grandbivouac.com, 06 79 36 43 15

Le Grand Bivouac progresse encore…

Le Grand Bivouac progresse encore…

photo-fin-GB2014-Dans un contexte géopolitique et une actualité peu favorables au désir de voyage et à la découverte du monde, le Grand Bivouac d’Albertville vient d’enregistrer, le week-end dernier, son record d’audience en treize éditions avec plus de 30.000 entrées.

31 500 entrées exactement en trois jours (*) : ne dites surtout pas aux organisateurs du Grand Bivouac, festival du voyage et des découvertes partagées – dont la 13ème édition se déroulait du 16 au 19 octobre à Albertville (Savoie) – que ce succès-record est dû à une envie encore plus pressante, pour nos concitoyens, de « s’évader, en oubliant la réalité »… ils le prendraient peut-être mal ! Pour Guy Chaumereuil, son président, « il s’agit bien au contraire de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons, mais de manière plus apaisée, plus réfléchie, plus concrète aussi : quand, au travers des témoignages recueillis au festival – récits, films documentaires, livres, conférences, débats – des femmes et des hommes de tous horizons et de tous pays nous montrent à quel point ils se battent et restent debout dans un environnement souvent bien plus complexe et difficile que le nôtre, c’est avec de l’énergie et de la confiance renouvelées que notre public repart du festival. C’est, en tout cas, ce qu’il nous confie : ici, on relève la tête, on ne l’enfonce pas dans le sable… ».

De fait, plusieurs grands moment ont émaillé ces trois journées riches de plus de 110 rendez-vous au total, dont deux standing ovation de plusieurs minutes dans des salles pleines à craquer pour Marc de la Ménardière et Nathanaël Coste (« En quête de sens ») ou Armand Diangienda, chef de l’Orchestre Symphonique de Kinshasa (« Kinshasa Symphony »). Et si le Salon du voyage aventure et ses exposants ont dû faire face aux hésitations des clients devant une actualité particulièrement sombre – assassinats d’otages, pays déconseillés, accidents d’avion, épidémie, mais aussi avalanches meurtrières au Népal – le public a plébiscité la lecture, avec une excellente tenue du Salon du Livre. « Mais nous travaillons déjà à de nouveaux projets pour 2015, précisent aussitôt les organisateurs. Les agences françaises de voyage-découverte sont animées par de vrais professionnels, aguerris, parfaits connaisseurs de l’état du monde et grands voyageurs eux-mêmes. Nous avons confiance en eux et nous sommes à leurs côtés pour rassurer et fidéliser notre public et leur clientèle ».

La 14ème édition du Grand Bivouac aura lieu du 16 au 18 octobre 2015

(*) Le précédent record de fréquentation était de 30.000 entrées en 2011.

Dossier de presse : à visionner ici

Contact Presse :

Bruno Van Den Driessche, directeur, bruno@grandbivouac.com, 06 79 36 43 15

Dix jeunes voyageurs sélectionnés pour la 2ème promotion de la « Villa Marco Polo »

Dix jeunes voyageurs sélectionnés pour la 2ème promotion de la « Villa Marco Polo »

jeune-carteLa promotion 2015 de la Villa Marco Polo, créée l’an passé par le Grand Bivouac, festival du voyage et des découvertes partagées, comprendra dix résidents dont la liste (*) est aujourd’hui publiée à l’approche de la 13ème édition du festival, du 16 au 20 octobre prochains.

Créé dans l’esprit et le prolongement du Grand Bivouac pour accompagner dans leurs projets les jeunes adultes de 18 à 30 ans qui souhaitent « voyager pour raconter le monde », la Villa Marco Polo, basée à Albertville, offre à ses résidents le parrainage individualisé d’un voyageur ou d’une voyageuse confirmé (e) – journaliste, écrivain, réalisateur, documentariste, scientifique, universitaire, artiste, globe-trotter… – un cycle d’ateliers-formation (approche de l’anthropologie et de l’ethnologie, modèle économique et conduite de projet, écriture et scénarisation, sensibilisation à la médiation, etc) ainsi que le suivi et la valorisation des œuvres réalisées : films documentaires, carnets de voyage, réalisations numériques…

Pour cette seconde promotion, le comité de pilotage de la Villa Marco Polo, composé des grands reporters Olivier Weber et Sylvie Brieu, Marianne Chaud, ethnologue et réalisatrice, Franck Michel, anthropologue et de six administrateurs du festival, a puisé dans une première sélection de 35 candidatures issues de toutes les régions de France, et proposant autant de projets de voyage aux quatre coins du monde : Afrique de l’Ouest, Etats-Unis, Québec, Inde, Asie centrale, Brésil, Indonésie notamment.

Par ailleurs, les résidents de la première promotion sélectionnés en 2014 – douze femmes et deux hommes –  sont, pour la plupart, en action à ce jour sur leur terrain de découverte et d’exploration et seront de nouveau conviés à Albertville en début d’année 2015 pour finaliser leur réalisation.

(*) La promotion 2015 est composée de : Pierre Boizette (Seine et Marne), Quentin Chevalier (Paris), Julie Chancerel (Mayenne), Aurélia Horner (Essonne), Pierre-Antoine Hussher (Seine Saint-Denis), Tahnee Juguin (Loire-Atlantique), Baptiste Mallet (Hérault), Nathan Weber (Hautes-Alpes), Hendrick Kersten (Yvelines) et Nicolas Nereau (Isère).

Tout le programme du Grand Bivouac  : www.grandbivouac.com

Dossier de presse du festival : à visionner ici

Contact Presse :

Fabrice COUTEAU, fabrice@grandbivouac.com, 06 29 33 93 44
Bruno Van Den Driessche, directeur, bruno@grandbivouac.com, 06 79 36 43 15

Les Français pessimistes ?

LE GRAND BIVOUAC – Du 17 au 19 octobre 2014 – ALBERTVILLE (SAVOIE)

Les Français pessimistes ?

Le Grand Bivouac les invite « à ouvrir les yeux et rester debout »

Les dernières observations de l’Insee sur la consommation des ménages enfoncent le clou. La France va mal. En réaction, les organisateurs du Grand Bivouac, festival du voyage et des découvertes partagées, invitent
« tous les Français qui ont le moral à zéro »… à les rejoindre pour leur 13ème édition du 16 au 20 octobre prochains à Albertville !

guy-chaumereuil-vi« C’est tout de même à peine croyable ! Nous ne renions évidemment rien des difficultés économiques et sociales auxquels nos compatriotes, nous-mêmes y compris, doivent faire face, ni de la tension extrême, voire des horreurs parfois dans lesquelles le monde se débat aujourd’hui.  Mais ce moral au plus bas, non, nous ne le comprenons pas, nous ne l’admettons pas ! ». En invitant aujourd’hui « tous les Français qui ont le moral à zéro » à les  rejoindre pour leur 13ème édition, les organisateurs du Grand Bivouac, se tromperaient-ils de tribune ? « Pas du tout ! s’étonne Guy Chaumereuil, l’un de ses fondateurs. A l’occasion de ce festival, nous donnons à voir, à travers les témoignages des grands voyageurs, des femmes et des hommes, semblables à nous, souvent dans des situations personnelles et collectives encore plus difficiles, qui restent debout et se battent, jour après jour, tout autour de la planète, pour vivre dignement et garder espoir : qu’ils soient musicien amateur de l’Orchestre Symphonique de Kinshasa, jeune femme des montagnes aux confins de l’Azerbaïdjan, étudiantes iraniennes,  petit épicier éthiopien, nomades mongoles ou paysans nicaraguayens, toutes et tous nous montrent cette détermination à ne jamais renoncer… Et c’est l’âme même du festival : ouvrir les yeux sur le monde tel qu’il est, avec ses soubresauts, ses douleurs, mais aussi sa formidable énergie, basée sur la découverte, la rencontre et le respect de l’autre… ».

Voyager, un acte fort

Le festival – qui a créé l’an dernier une Villa Marco Polo pour les jeunes voyageurs et accueille, chaque année, dans son « Village », la plupart des grands tour-opérateurs du voyage-découverte –  insiste, par ailleurs, sur la nécessité de garder à tout prix l’envie de voyager : « Personne ne niera les dangers qui peuvent guetter le voyageur aujourd’hui dans certaines régions du monde, surtout pas quelques jours à peine après la mort Hervé Goudreld’Hervé Gourdel. Et le maximum de précautions doivent être évidemment prises dans ce domaine.  Mais si voyager, aujourd’hui plus encore qu’avant, doit s’affirmer comme un acte de résistance, d’ouverture et d’espoir, alors, acceptons-le comme tel. C’est ainsi, en tout cas, que nous le défendons ».

Le Grand Bivouac : 110 rendez-vous au total sur trois jours – conférences, projections, débats, animations, expositions – et de 25 à 30.000 entrées chaque année en octobre à Albertville (Savoie)

Tout le programme du Grand Bivouac  : www.grandbivouac.com

Dossier de presse : à visionner ici

Contact Presse :

Fabrice COUTEAU, fabrice@grandbivouac.com, 06 29 33 93 44
Bruno Van Den Driessche, directeur, bruno@grandbivouac.com, 06 79 36 43 15

Embarquement immédiat pour les Terres Australes et Antarctiques Françaises

 LE GRAND BIVOUAC – Du 17 au 19 octobre 2014 – ALBERTVILLE (SAVOIE)

Embarquement immédiat pour les Terres Australes et Antarctiques Françaises

taafKerguelen, Crozet, Amsterdam… Des noms de légende pour une France du bout du monde : les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF) font cette année une entrée spectaculaire au Grand Bivouac, donnant ainsi le coup d’envoi des manifestations qui célèbreront, en 2015, leur 60ème anniversaire  : exposition permanente (« Les manchots de la république ») et stand philatélique pendant tout le festival, table ronde – débat (« Une expérience hors-norme : séjourner en terres australes », samedi 18 à 14h30) et une grande soirée spéciale (« Voyage au sud du sud », samedi 18) avec la présence en force des membres et collaborateurs des TAAF, préfet administrateur supérieur compris.  L’un des événements marquants de cette 13ème édition qui permettra, dans le cadre d’un partenariat spécifique entre les TAAF et le Grand Bivouac, de feuilleter, page par page, le récit de ces terres extrêmes, sanctuaire naturel, paradis scientifique, dont la richesse n’a d’égal que l’enthousiasme, le savoir-faire et la détermination des femmes et des hommes qui veillent sur elles.

Le Grand Bivouac, 13ème édition, Albertville (Savoie) – Du 17 au 19 octobre 2014 –  Concert d’ouverture le 16 octobre, à 20h.30, avec Susheela Raman

Tout le programme  : www.grandbivouac.com

Dossier de presse : à visionner ici

Contact Presse :

Fabrice COUTEAU, fabrice@grandbivouac.com, 06 29 33 93 44
Bruno Van Den Driessche, directeur, bruno@grandbivouac.com, 06 79 36 43 15

L’image, la parole et l’émotion

FLASH INFO –  LE GRAND BIVOUAC – Du 17 au 19 octobre 2014 – ALBERTVILLE (SAVOIE)

L’image, la parole et l’émotion

couleurs 225 7 (Copier)La parole, la confidence, le témoignage : plus que jamais, pour sa 13ème édition, du 17 au 19 octobre prochains, le Grand Bivouac consacrera une large place à l’échange et à l’émotion. Parmi les temps forts à prévoir, les rencontres avec les marcheurs au long cours – Lionel Daudet, Olivier Lemire, Gérard et Birgit Guerrier, Emeric Fisset, Antoine de Baecque – comme avec l’ethnologue et réalisateur Stéphane Breton ou encore Manon Loizeau, grand reporter. Mais l’émotion naîtra aussi, à coup sûr, de l’image. Et les organisateurs du festival attendent beaucoup de Kinshasa Symphony (avec des membres de l’orchestre en duplex de la République Démocratique du Congo), Une contrebasse en Méditerranée  (en présence de son musicien-réalisateur Thierry Petit), Nous saluerons la lune (rencontre avec une jeune femme sourde dans les montagnes d’Azerbaïdjan) ou encore de Safar (le témoignage bouleversant de trois jeunes Iraniennes).

Le Grand Bivouac, 13ème édition, Albertville (Savoie) – Du 17 au 19 octobre 2014 –  Concert d’ouverture le 16 octobre, à 20h.30, avec Susheela Raman

Tout le programme  : www.grandbivouac.com

Dossier de presse : à visionner ici

Contact Presse :

Fabrice COUTEAU, fabrice@grandbivouac.com, 06 29 33 93 44
Bruno Van Den Driessche, directeur, bruno@grandbivouac.com, 06 79 36 43 15

In extremis : voyages sur le fil et rencontres singulières

In extremis : voyages sur le fil et rencontres singulières

« Et si nous prenions le premier train qui passe, un bus anonyme, un sentier qui intrigue, sans savoir vraiment où ils vont ? ». En invitant son public à des « voyages sur le fil et rencontres singulières », le Grand Bivouac 2014 annonce la couleur : sa 13ème édition se veut particulièrement « exigeante et inédite ».

Dome Grand BivouacMais si l’inattendu est affiché – une invitation à être surpris, questionné, parfois même dérangé – l’improvisation n’est toujours pas de mise pour le festival du voyage et des découvertes partagées : fortes personnalités des invités – Lionel Daudet, Jean-Claude Guilbert, Manon Loizeau, Stéphane Breton, Olivier Lemire… -, diversité des horizons – de la Sibérie à Cuba, du Nicaragua à l’Ethiopie, en passant par l’Azerbaïdjan, l’Iran ou le Yémen – et temps forts en émotion seront au programme d’une édition marquée, entre autres, par la présence des Terres Australes et Antarctiques Françaises. Pour accompagner les festivaliers dans ce voyage de trois jours à rebondissements – où une soirée spéciale sera consacrée à Jules Verne pour les 150 ans du « Voyage au centre de la terre », un grand témoin de marque… sous réserves, évidemment, que l’actualité ne la projette pas « in extremis » à l’autre bout de la planète : Florence Aubenas,  journaliste au Monde.

Le Grand Bivouac, 13ème édition, Albertville (Savoie) – Du 17 au 19 octobre 2014 –  Concert d’ouverture le 16 octobre, à 20h.30, avec Susheela Raman

Tout le programme  : www.grandbivouac.com – A partir du 2 septembre, billetterie en ligne (Dès le 30 août, sur place, à la Maison du Tourisme d’Albertville)

Un phoque pêche au port de Dives-sur-Mer

Un Phoque, il venait de la Baie de Somme
Réalisée par Malay PHCAR – 1′ 38″

Un phoque pêche au port de Dives-sur-Mer, il venait de la Baie de Somme.
L’animal est très malin, il se nourrit surtout de la sole, il ne repartira plus…

Un phoque pêche au port de Dives-sur-Mer, il venait de la Baie de Somme. L'animal est très malin, il se nourrit surtout de la sole, il ne repartira plus...